lundi 23 avril 2018

Exigeons une loi de finances rectificative pour annuler la hausse de la CSG et la fin du gel des pensions...


Les décisions des 9 organisations de retraités

1.   Une campagne de signatures de la pétition pour exiger une loi de finances rectificative annulant la hausse de la CSG, la fin du gel des pensions et leur revalorisation, nous permettant de mobiliser les retraités.

2.   Une journée d’action nationale unitaire pour le 14 juin.Temps fort pour le dépôt des pétitions auprès des députés qui ont voté la hausse de la CSG.

3.   La pétition en ligne sur le site :http:/www.retraitesencolere.fr


Une loi de finances rectificative annulant la hausse de la CSG pour tous. Est-ce possible ?

 Ce n’est pas parce qu’une loi de finances a été votée et même promulguée qu’elle ne peut faire l’objet de la moindre modification.

On appelle cela une loi de finances rectificative, texte
présenté au cours de l’exécution budgétaire, selon l’évolution de la conjoncture, l’existence de nouvelles rentrées fiscales inattendues ou encore une détérioration de la situation.

En 2008, Sarkozy a ainsi fait voter en une journée (!) une loi de finances rectificative pour venir au secours des banques empêtrées dans la crise financière ! Il s’agissait alors de 400 milliards d’euros... 
Autant dire que rien ne doit nous retenir, retraités victimes d’une ponction de 4,5 milliards au titre de la CSG, d’exiger aujourd’hui notre dû ! Surtout que nous risquons fort de voir la CSG augmenter encore dans les années à venir, si nous n’y prenons garde...

Le mécontentement légitime des retraités et pensionnés, dont un nombre croissant a effectué une carrière complète soldée par des décennies de cotisations régulières et marquée par la solidarité intergénérationnelle et interprofessionnelle, doit se traduire par un nouveau rapport de forces politique et social contraignant le Gouvernement et sa majorité parlementaire à débattre au plus tôt d’un collectif budgétaire et d’une loi de financement rectificative de la Sécurité Sociale (les motivations et procédures sont communes) pour faire valoir la justice sociale et la véritable efficacité économique, celle découlant du respect des droits collectif